Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > articles
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
dimanche 16 janvier
Le Tour commence en Finistère

Pour la quatrième fois de son histoire (après 1952, 1974 et 2018), c’est de Brest, et plus précisément de son port, que le Tour de France s’élancera cette année, le

26 juin. C’est toute la Bretagne et le Finistère qui seront mis à l’honneur par cet événement aux retombées médiatiques exceptionnelles. 

100 jours avant le départ de la Grande boucle, Christian Prudhomme est venu dans le Finistère pour 

rencontrer les élus locaux, notamment Loïg Chesnais-Girard, président de la Région, Marc Labbey, vice-président du Département et François Cuillandre, maire de Brest. 

Après l’annonce de la défection de Copenhague, la Région Bretagne s’est portée candidate, avec le soutien des Départements, de la Ville et de la métropole de Brest pour accueillir le départ de la 108e édition de cette compétition. 

Elle a conclu un marché public avec la société Amaury Sport Organisation (ASO) qui la positionne comme « collectivité hôte », mais également interlocutrice auprès des autres collectivités partenaires et des villes étapes. 

Les retombées médiatiques de cet événement sont considérables. Le Tour de France figure dans le trio de tête des événements sportifs mondiaux, avec plus de 3,5 milliards de téléspectateurs, à travers 190 pays sur les cinq continents. 


« Une des compétitions sportives les plus médiatisées du monde. » 


Pour la première étape, cela promet une exposition médiatique mondiale pour le Finistère et en particulier les villes situées sur le parcours comme Locronan, Châteaulin, Quimper ou Landerneau. Les retombées économiques sont très substantielles puisque, selon les estimations, l’investissement consenti (environ 800000 euros pour la ville de Brest et la métropole) rapporte de trois à huit fois les crédits alloués. 

Le Tour de France est bien sûr une épreuve sportive. Mais, au-delà de cette dimension, il est aussi un outil de promotion de l’usage du vélo. Et ce départ à la pointe de la Bretagne permet de mettre en avant et d’amplifier l’action engagée par le Département pour développer l’usage du vélo dans le Finistère (voir encadré). 

Avec l’opération Un Vélo pour Tous, plus de 600 vélos seront offerts à des enfants défavorisés, en France et à l’étranger. 

En France, le Tour a lancé l’opération Un enfant, un vélo en 2017, parrainée par Bernard Hinault. En 2021, des vélos seront offerts à plus de 400 enfants défavorisés de familles accompagnées par le Secours Populaire et d’autres associations. 

En Afrique du Sud, par exemple, où 500 000 écoliers marchent plus de quatre heures par jour pour aller à l’école, le Tour de France accompagne l’association QHUBEKA et offre chaque année 176 vélos (comme le nombre de coureurs du peloton) à des enfants défavorisés. Des vélos qui changent concrètement leur quotidien et souvent leurs vies, en évitant des déscolarisations précoces. 

Un grand moment pour Brest et le Finistère 

Cette promotion du vélo se traduira concrètement, à Brest, du 21 au 26 juin, par la présence d’un atelier du Tour qui permettra aux plus jeunes de s’initier à la bicyclette et aux plus âgés d’apprendre à entretenir leur matériel. 

 

Article publié dans le Cap Finistère n°1348 du 26 mars 2021



Finistère cyclable

Avec près de 900 kilomètres d’itinéraires cyclables, le Finistère est une terre de vélo. Le départ du Tour de France 2021 est une formidable occasion de mettre en lumière l’ambition qu’il porte dans ce domaine. 

Le Conseil départemental a directement contribué, dans le cadre de son schéma vélo 2016-2020, à 

aménager 593 kilomètres d’itinéraires cyclables. Mais il souhaite aller encore plus loin. C’est l’ambition de la stratégie Finistère cyclable 2021/2027 qui prévoit d’investir 30 millions d’euros dans les sept prochaines années. 

Ce document prévoit de créer les infrastructures nécessaires au développement de la pratique du vélo pour les trajets domicile/travail, domicile/école ou pour les loisirs. Le Département souhaite créer les conditions d’une part du vélo dans tous les déplacements de 6% d’ici 2025 et de 8% d’ici 2030, soit un 

triplement des pratiques dès 2025. Cela passera, notamment, par le développement des véloroutes départementales et la mise en place de stationnements vélo le long des routes. 

Une cartographie du réseau cyclable sera proposée pour faire connaître l’offre existante, ainsi qu’une communication grand public sur les bienfaits du vélo, la sécurité à vélo et le partage de la route par les automobilistes. 

Les collégiens sont le premier public concerné par les actions du Département (ateliers de pratiques, abris-vélos...). La mobilité à vélo peut être un levier d’insertion, d’accès à l’emploi et contribuer à l’autonomie des personnes en situation de handicap et des personnes âgées. Les agents du Département continueront d’être encouragés dans la pratique du vélo : un forfait de mobilité durable sera notamment mis en place en 2021. 

Enfin, le Conseil départemental souhaite partager son ambition avec les acteurs et les collectivités locales. Des rencontres annuelles seront organisées avec les groupements de communes. 

 

Article publié dans le Cap Finistère n°1348 du 26 mars 2021




Partager Publier sur twitter