Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > articles
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
samedi 22 janvier
Langues régionales : enfin une loi !

Le 8 avril, l’Assemblée nationale a définitivement adopté, à une très large majorité, la proposition de loi relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion portée par le député du Morbihan, Paul Molac. 

« Il s’agit de la première loi consacrée aux langues régionales, définitivement adoptée sous la Ve République », s’est félicité le député du Morbihan.
« Cette victoire historique est due à la mobilisation sans précédent des associations, des réseaux d’enseignements et des milliers de bénévoles dans tous nos territoires qui ont à cœur de préserver cette richesse qui appartient à l’ensemble
de l’Humanité », a-t-il rajouté faisant référence aux manifestations qui se sont déroulées à Brest et Quimper. Cette loi a pour but de rehausser
la protection, l’accessibilité et la visibilité des langues régionales dans trois domaines. 

Dans le patrimoine tout d’abord, en reconnaissant l’appartenance des langues régionales au patrimoine immatériel de la France pour mieux pouvoir les protéger. 

Dans la vie publique ensuite, en sécurisant juridiquement l’affichage de traductions en langue régionale sur les inscriptions et les signalétiques publiques, ainsi que l’utilisation des signes diacritiques des langues régionales dans les actes d’état civil. Tous les petits Fañch auront le droit de garder leur tildé sur leur « n » sans que leurs parents ne soient obligés de saisir la Cour de cassation. 

« Enfin, dans l’enseignement, cette loi reconnaît l’enseignement par immersion en langue régionale à l’école publique et rend effectif le versement du forfait scolaire pour les écoles associatives telles que Diwan. De même, cette loi permettra l’extension des possibilités d’offre d’enseignement des langues régionales à l’école publique, pour 

que le plus grand nombre d’établissements puissent proposer cet enseignement », précise Paul Molac. 

Si l’adoption de cette proposition de loi a été massivement saluée, notamment en Bretagne par Nathalie Sarrabezolles et Loïg Chesnais- Girard, l’analyse du scrutin montre tout de même qu’on est encore loin de l’unanimité : en effet, si 247 député.es ont voté pour, 76 ont voté contre : 57 dans le groupe LREM, 6 dans celui du Modem, 12 dans celui de LFI et 1 non inscrit. 

 

Article publié dans le Cap Finistère n°1351 du 16 avril 2021




Partager Publier sur twitter