Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > articles
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
samedi 22 janvier
Génération sacrifiée ?

Si elle ne l’a pas provoquée, la crise de la Covid considérablement accéléré la précarisation de la jeunesse qui a pris en quelques mois des proportions dramatiques. Face à ce phénomène inquiétant, 

le Parti Socialiste, accompagné par plusieurs organisations syndicales ou lycéennes, et bien sûr le Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS), a avancé plusieurs propositions pour répondre à l’urgence. 

La première mesure à prendre consiste à permettre aux 18/25 ans d’entrer dans le dispositif du RSA. Il existe un minimum vieillesse mais pas de minimum jeunesse, aucun revenu de solidarité entre 18 et 25 ans. 

Cependant, la majorité présidentielle ne semble pas encore prendre la mesure de la détresse de la jeunesse. Le 14 janvier, c’est à travers un webinaire qui réunissait parlementaires, secrétaires nationaux et représentants d’organisations de la jeunesse que le PS a présenté toutes les initiatives qu’il a lancé pour desserrer l’étau qui emprisonne la jeunesse. Il y a urgence quand on sait que la moitié des bénéficiaires de l’aide alimentaire ont moins de 25 ans. 

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la majorité présidentielle est très peu réceptive à la précarité de la jeunesse. Les témoignages des représentants de syndicats lycéens ou étudiants, qui ont rencontré les conseillers ministériels, sont sur ce point édifiants : « Moi, aussi, après mon Master de sciences Po, j’ai passé plusieurs mois chez mes parents », leur a répondu un conseiller ministériel. 

La réponse qui revient souvent aussi est : il y a la « garantie jeunes » qui permet à la majorité de se donner bonne conscience et de ne rien engager de plus pour les jeunes. Mais cette « garantie jeunes » ne s’adresse qu’à une frange 

Le MJS dénonce la précarité des jeunes 

particulière de la population : celles et ceux qui ne disposent ni d’emploi, ni de formation. De plus, il ne s’agit pas d’un droit, mais d’un dispositif qui pourrait très bien disparaître du jour au lendemain. La « garantie jeunes » est un très bon dispositif, mais pour une partie seulement de la jeunesse. 

Pour Monique Lubin, sénatrice des Landes, l’attribution du RSA aux 18-25 ans risque de prendre encore quelques années, même s’il est urgent de répondre à la détresse de cette tranche d’âge. « Tout le monde voit bien que les jeunes souffrent et qu’il y a un vrai problème de paupérisation. Mais, lorsque nous avons lancé la proposition d’accorder le RSA dès 18 ans, nous avons vu revenir les vieux réflexes de la droite qui considère qu’elle seule défend la valeur travail est que tous les autres sont des fainéants ou des profiteurs. » 

Pour le moyen et le long terme, les députés Boris Vallaud et Hervé Saulignac défendent une autre proposition intitulée Aides Individuelle à L’Émancipation Solidaire (AILES) qui regroupe un revenu de base inconditionnel et une dotation universelle versée à chaque jeune. 

Pour expliquer les tenants et aboutissants de cette proposition, Boris Vallaud participera, avec Nathalie Sarrabezolles, à un webinaire le samedi 23 janvier à 10h30. 

 

Article publié dans le Cap Finistère n°1339 du 22 janvier 2021

 




Partager Publier sur twitter