Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > articles
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
mardi 25 janvier
Brittany Ferries : juste un premier pas
Le 15 septembre, le député du Morbihan, Paul Molac, a interpellé le gouvernement à propos de l’avenir de la Brittany Ferries.
« La Brittany Ferries doit, selon son président, affronter la pire crise de son histoire », a alerté le député du Morbihan. « Le confinement a cloué à quai la flotte. Ensuite, depuis le 15 août et la décision unilatérale du Royaume-Uni d’imposer une quatorzaine à l’ensemble des personnes arrivant de notre pays, la reprise du trafic a été stoppée nette. Sept bateaux sur douze ne circulent pas et des milliers de collaborateurs sont au chômage partiel. Enfin, l’entrée en vigueur du Brexit au 1er janvier, avec ou sans accord, laisse planer de nombreuses incertitudes sur l’avenir ».
« Pour passer ce cap extrêmement difficile, nous avons décidé de rembourser l’intégralité des cotisations salariales, comme le demandent les professionnels de Brittany Ferries, pour l’exercice 2021. Cela représente un engagement de l’ordre de 15 millions pour cette seule compagnie », a répondu le premier ministre tout en précisant que Bruno Le Maire et lui-même avaient saisi le Comité interministériel de restructuration industrielle – CIRI – pour prendre des mesures structurelles mais sans en préciser ni la nature, ni le montant.
« Cette mesure est un premier pas mais ne suffit pas », a immédiatement réagi le président du Conseil régional. « L’enjeu est clairement le sauvetage de Brittany Ferries par des mesures fortes, inscrites dans la durée, à la hauteur d’une situation exceptionnellement difficile. La réglementation européenne le permet, le gouvernement doit donc continuer à travailler sur le dossier et doit en prendre toute la mesure. »
« Là où l’État n’annonce que 15 millions d’euros en 2021, nous confirmons, Régions Bretagne et Normandie, notre engagement à contribuer au plan de sauvetage à hauteur de 85 millions d’euros. Nous soumettrons le dossier à nos assemblées, dès le mois d’octobre », a rappelé Loïg Chesnais-Girard.
« Nous le devons pour les salariés, pour la défense du pavillon France, pour assurer notre présence sur le transmanche. Soyons tous unis derrière la Brittany Ferries. »
 
 
Article publié dans le Cap Finistère n°1325 du 25 septembre 2020
 



Partager Publier sur twitter