Accueil > Le PS dans le Finistère > Histoire > Les grandes figures du socialisme finistérien
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
dimanche 8 décembre
Yves Le Febvre : un des pionniers du Socialisme dans le Finistère

Yves Le Febvre (1874-1959) est essentiellement connu par ses qualités d'homme de lettres et d'écrivain, les "Contes celtiques", la "Trilogie barbare" et surtout "la Terre des prêtres" ainsi que par la revue "la pensée bretonne" qu'il anime de 1913 à 1925. Mais son nom est attaché aussi aux débuts du socialisme en Finistère.

Né à Morlaix en 1874 dans une famille bourgeoise, il fait ses études de droit à Rennes puis à Paris et devient Docteur en Droit en1901. Dreyfusard, il démissionne du barreau des avocats de Paris, s'inscrit au barreau de Morlaix où il plaide peu ; il deviendra plus tard juge de paix à Plouescat et vivra longtemps en dehors de la Bretagne. Il représente cette bourgeoisie urbaine et francophone, anticléricale et jacobine organisée depuis 1899 dans l'"Association des Bleus de Bretagne".

En mars 1900, il fonde avec le Nantais Brunellière la fédération socialiste de Bretagne au cours d'un congrès d'unification qui se tient à Nantes les 3 et 4 mars 1900 : 4 groupes socialistes finistériens y adhèrent : 3 de Brest, l'Imprimerie économique, le groupe d'étude sociale, le journal "l'ouvrier de France" plus le groupe morlaisien d'Y. Le Febvre et d'Y. Guyader (son futur beau-père) militant syndicaliste et fondateur de la coopérative des tonneliers, l'une des premières coopératives de production dans le département. Y. Le Febvre mène une intense activité de journaliste politique dans le "Breton socialiste" qui a succédé (jusqu'en avril 1905 à "l'Ouvrier de France") ainsi que dans le "Réveil du Finistère" son journal de campagne aux législatives de 1906, où il développe en particulier tout un programme rural, sous les couleurs républicaines et socialistes.

Réformiste, libre penseur, pacifiste mais sans antimilitarisme agressif, hostile aux agitations démagogiques de l'action directe Y. Le Febvre se présente comme un socialiste modéré. Il quitte lePSU-SFIO en 1911 pour le radicalisme et se consacre pour l'essentiel à la littérature.




Partager Publier sur twitter