Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > vie du parti
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
mardi 10 décembre
Quimper pour tous
Au terme d’un processus démocratique, les socialistes quimpérois ont désigné Isabelle Assih pour être la première d’entre eux pour les élections municipales de 2020. 
Ils avaient le choix entre elle et Édern Perennoù. Les deux candidats ont exposé leur vision de Quimper et c’est la conseillère départementale qui a été choisie. « Cet exercice démocratique nous a permis de voir que nous partageons la même ambition pour notre ville et que les socialistes sont unis et capables de débattre en bonne intelligence », s’est félicitée Isabelle Assih. 
Cette désignation intervient dans un processus transparent que les socialistes déroulent depuis maintenant plusieurs semaines. En premier lieu, ils ont tiré le bilan de la municipalité sortante qui se résume en une formule « 5 ans pour presque rien ». Ils viennent donc de choisir leur cheffe de file et vont maintenant s’engager dans un travail d’élaboration de leur projet pour la ville et l’agglomération. 
D’avril à juin, les socialistes quimpérois vont organiser une série de réunions publiques thématiques pour affiner leur projet. 
Car Isabelle Assih a déjà présenté les grandes lignes de son ambition pour Quimper. Elles s’articulent autour de trois grands axes. « D’abord, parce que la ville en manque cruellement mais aussi parce que je suis profondément convaincue que c’est la seule manière de diriger une ville comme Quimper, je veux créer les conditions d’une démocratie vivante et participative pour tous les habitants. » 
Ensuite, l’écologie irriguera l’ensemble du projet, qu’il s’agisse des transports, de l’énergie ou de l’alimentation. 
Enfin, le projet que présentera la liste sera placé sous le signe de la solidarité envers l’ensemble des Quimpérois. Précaires, âgés ou en situation de handicap, chacun doit trouver sa place dans la ville. « Et nous attacherons une importance particulière à tout ce qui touche la jeunesse, contrairement à ce qui se passe actuellement », précise Isabelle Assih. 
La question de l’attractivité de la ville et de l’agglomération fera aussi l’objet de propositions car, comme l’a rappelé le travail sur le bilan de la municipalité Jolivet, Quimper a pris beaucoup de retard depuis quatre ans.
La trame étant posée, reste maintenant avec les Quimpérois.es à élaborer ce programme démocratique, écologique et solidaire.
 
Article publié dans le Cap Finistère n°1263 du 22 mars 2019
 



Partager Publier sur twitter