Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > articles
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
lundi 9 décembre
On avance ensemble
En 2015, les Finistériennes et les Finistériens ont apporté leur confiance aux candidat.es de la majorité départementale qui se présentaient sous les couleurs Finistère et solidaires. À mi-mandat, l’institution départementale présente un point d’étape pour rappeler ses compétences et les valeurs qui guident son action, à commencer par la solidarité qui représente 60 % du budget départemental. 
Car c’est bien la solidarité qui est au coeur de la politique que mène le Conseil départemental. D’abord vis-à-vis des habitant.es qui, à chaque moment de leur vie, peuvent avoir besoin d’être accompagnés. 
Cela va de la protection de l’enfance, à l’aide au maintien à domicile des personnes âgées en passant par l’accompagnement des personnes en situation de handicap. 60 % du budget départemental est consacré à la solidarité envers les personnes. 
La solidarité s’exerce aussi vis-à-vis des collectivités locales par les contrats de territoires de manière à garantir un développement équilibré. Car le Finistère est divers. La métropole n’a pas les mêmes besoins que les villes moyennes et les enjeux des communes littorales ne sont pas les mêmes que ceux des communes rurales ou périurbaines. 
 
« La solidarité est au coeur de la politique du Conseil départemental. » 
 
Notre département dispose d’atouts qu’il convient de protéger et de faire fructifier. Dans le même temps, le Conseil départemental s’est engagé dans une bataille pour faire adopter le pacte d’accessibilité pour la Bretagne qui comprend, à la fois, l’amélioration des lignes ferroviaires afin de placer Brest et Quimper à 3 heures de Paris, l’achèvement de la RN 164 et l’inscription des ports de Brest et Roscoff dans le réseau transeuropéen de transport. 
La politique départementale se développe dans un contexte budgétaire tendu. Entre 2014 et 2018, la baisse cumulée des dotations de l’État s’élève à 120 millions d’euros. Mais le Département a réalisé un plan d’économie des dépenses publiques de 60 millions d’euros. 
Et, compte tenu de la bonne gestion des finances départementales, depuis maintenant vingt ans, le Finistère dispose encore de marges de manoeuvre. L’endettement par habitant n’est que de 364 euros alors qu’il peut atteindre 500 euros pour la plupart des départements comparables. 
À mi-mandat, l’ambition des 28 élus de la majorité départementale reste intacte. Le cap est fermement maintenu pour bâtir un Finistère solidaire, attractif et équilibré. « Agir pour l’égalité, favoriser les possibilités d’ouverture et d’avenir pour toutes et tous », selon les mots de la présidente Nathalie Sarrabezolles.

Article publié dans le Cap Finistère n°1246 du 9 novembre 2018 

 



Partager Publier sur twitter