Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > articles
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
mercredi 11 décembre
Le PS en débats
Crise des gilets jaunes, Grand Débat national, unité de la gauche, préparation des élections européennes, organisation et finances des sections étaient à l’ordre du jour de la journée des secrétaires et trésoriers de sections qui s’est tenue le 26 janvier à Brest.
À l’acte 11 des gilets jaunes, on peut dire que le roi est nu. « Le réel se venge », a résumé Forough Salami. Un à un, les masques tombent et tous les sortilèges d’Emmanuel Macron se dissipent. Cet homme sans passé, sans histoire, sans tradition apparaît aussi sans soutien. Et les prestations de questions/réponses de plusieurs heures apparaissent un peu pathétiques venant d’un Président, qui, il n’y a que quelques mois, refusait de prendre la parole devant le congrès des maires de France. 
« Nous sommes devant une crise institutionnelle », a insisté Philippe Ris. « On voit bien que nos règles ne sont plus adaptées à notre époque, bouleversée par la numérisation ».
L’attitude du Président et de ses soutiens et surtout l’élimination systématique de tous les corps intermédiaires ont amplifié un phénomène déjà en germe depuis de longues années. 
Pour François Cuillandre, il ne sert à rien de tourner autour du pot : le passage du septennat au quinquennat et l’inversion du calendrier électoral, enlève toute légitimité aux députés qui ne sont élus que pour donner une majorité au Président. Donc, les termes du débat sont les suivants : soit on revient sur l’alignement des durées de mandats présidentiel et législatif, soit on supprime l’élection du président de la République au suffrage universel. 
Pour Andrew Lincoln, cette crise doit nous inciter à repenser les fondements de notre démocratie. Est-elle représentative, et non directe, faute de mieux ? Le débat va faire l’objet de toutes les attentions dans les semaines qui viennent. Les termes que veut imposer le pouvoir ne sont pas acceptables. Cependant, les socialistes doivent regarder les revendications qui émergent car elles sont, souvent, proches de leurs propositions pour plus de justice sociale.
Pour Yohann Nédélec, les élus ne doivent pas se substituer à l’État qui, seul, doit organiser le Grand Débat. En parallèle, les socialistes doivent aussi rappeler leurs propositions. En particulier, le rétablissement de l’ISF. Car elle s’accompagne d’une démarche tout à fait officielle qui débouchera sur l’organisation d’un référendum sur ce sujet. À cela il convient d’ajouter la demande d’un Grenelle de la transition écologique, l’augmentation du chèque énergie et de la prime d’activité ou l’indexation des retraites sur l’inflation. 
« Nous devons plus que jamais être une force de proposition », confirme le secrétaire fédéral au projet, Arnaud Platel, qui cite notamment, comme sujets à approfondir, la lutte contre la fracture territoriale, les déserts médicaux ou le renforcement des services publics.
 
Article publié dans le cap Finistère n°1256 du 1er février 2019
 



Partager Publier sur twitter