Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > articles
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
samedi 7 décembre
Le Finistère, toujours en avance…
 
La réduction des inégalités entre les femmes et les hommes n’est pas un phénomène spontané : il exige une volonté politique. « En matière de promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes, la volonté politique est indispensable. Car il ne suffit pas de les dénoncer, il faut aussi les corriger. »
 
Pour le Conseil départemental du Finistère, la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes est une volonté politique forte. À tel point qu’elle représente le deuxième projet emblématique prioritaire, après la jeunesse. « Déjà, Pierre Maille avait beaucoup fait pour promouvoir la parité et donner toute leur place aux élues », rappelle Elyane Pallier en charge de ce dossier au Conseil départemental.
« Nous intervenons de plusieurs manières », explique-t-elle. D’abord en interne. Avec près de 4 000 agents, le Conseil départemental montre l’exemple en formant ses salariés à la prévention des discriminations sexistes, par exemple, ou en posant un diagnostic sur les conditions de travail de manière à pouvoir corriger les inégalités.
 
« La réduction des inégalités femmes/hommes exige une volonté politique. »
 
Comme souvent, le Conseil départemental joue un rôle d’entraînement des autres collectivités. Pour son rapport annuel en matière d’égalité, il a initié une démarche participative et associé neuf collectivités, afin de mettre en perspective les différents indicateurs de genres dans les politiques de ressources humaines. « Nous espérons que d’autres nous rejoindrons cette année », indique Elyane Pallier.
Cependant, toutes ces politiques doivent aller de pair avec un travail de pédagogie, dès le plus jeune âge, de manière à éduquer au respect mais aussi à montrer que tous les métiers peuvent être exercés par des femmes ou des hommes.
Tout comme la pratique des sports.
Le Conseil départemental soutient également le CIDFF (Centre d’Information pour les Droits des Femmes et des Familles) qui intervient, sur l’ensemble du département, pour apporter aides et informations aux femmes victimes de
violences ou de discriminations.
Et en ce 8 mars 2019, le Conseil départemental a choisi de mettre l’accent sur la place des élues. « Il est important, à un an des élections municipales, de montrer aux femmes qu’elles peuvent se présenter et qu’elles peuvent prendre des responsabilités au sein des municipalités », estime Elyane Pallier.
En effet, si la parité est acquise au sein des Conseils municipaux, départementaux ou régionaux, elle ne l’est toujours pas au Parlement. En outre, on ne compte encore que dix présidentes de Conseils départementaux, dont Nathalie Sarrabezolles dans le Finistère. Et on ne compte que très peu d’adjointes à des postes comme l’économie, les finances ou l’urbanisme.

 

Article publié dans le Cap Finisètre n°1261 du 8 mars 2019
 



Partager Publier sur twitter