Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > articles
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
mercredi 12 août
LABOCEA : un outil précieux
En général on ne parle pas des trains qui arrivent à l’heure, ni des entreprises qui répondent aux attentes de leurs clients. Et pourtant… Si LABOCEA est en mesure aujourd’hui de participer activement à la lutte contre le Covid-19, c’est parce que, lorsqu’il était président du Conseil général du Finistère, Pierre Maille a voulu préserver et développer le laboratoire départemental d’analyses et que Nathalie Sarrabezolles a poursuivi le même cap.

À l’origine. Il y avait le LDA, (Laboratoire Départemental d’Analyses) du Finistère. Il a fusionné avec son homologue des Côtes d’Armor et le laboratoire de Brest métropole. Le LDA d’Ille-et-Vilaine a rejoint la nouvelle structure quelques temps après, donnant naissance au premier laboratoire d’analyses de France. « Tous les départements ne sont pas obligés d’avoir un laboratoire d’analyses », précise Roger Mellouët, vice-président de LABOCEA, représentant du Conseil départemental du Finistère. « C’est Pierre Maille qui avait décidé de conserver une structure publique. »

En effet, compte tenu de l’importance de l’agroalimentaire dans l’économie du Finistère, il était capital, pour les agriculteurs comme pour les transformateurs, de pouvoir compter sur une structure d’analyses publique. Car on est bien dans un domaine où l’intérêt général doit prévaloir et où la recherche du profit peut générer des catastrophes. 

« Ce laboratoire public et indépendant se révèle aujourd’hui particulièrement précieux. »

Pour se prévaloir d’une qualité irréprochable et obtenir ainsi la confiance de leurs clients, les agriculteurs bretons peuvent faire état des analyses de LABOCEA.

Dès le début de la crise du Covid-19, LABOCEA a cherché à mettre les compétences de ses personnels et de ses équipements au service du public.

La première action consiste à effectuer, les analyses PCR Covid-19 (dites « tests virologiques ») dont le but est de détecter si une personne est infectée par le virus. La capacité actuelle de LABOCEA, s’élève à 2000 tests par jour pour la détection du génome du SARS-CoV-2. Ceci positionne LABOCEA comme le deuxième opérateur en Bretagne, après le CHRU de Rennes, au travers des sites de Fougères, Ploufragan et Quimper. À la différence des laboratoires hospitaliers, ainsi que des laboratoires d’analyses de biologie médicale, LABOCEA se concentre sur la seule phase analytique.

Grâce à son savoir-faire et à ses équipements, le laboratoire public a très rapidement été en capacité de produire du gel hydroalcoolique, depuis son site de Ploufragan. Il approvisionne les collectivités de Bretagne, les professionnels et les pharmacies.

Il est de bon ton de chercher, rétrospectivement, les erreurs des responsables politiques. Il est moins courant de mettre en exergue leurs décisions visionnaires. Et pourtant, elles peuvent se révéler salvatrices dans des moments comme ceux que nous vivons aujourd’hui.

 
Article publié dans le cap Finistère n°1312 du 15 mai 2020
 



Partager Publier sur twitter