Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > articles
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
samedi 7 décembre
Et maintenant, place au projet !
« Il faut donner du temps au temps », disait François Mitterrand. Pour les socialistes, tant au plan national que fédéral, il ne sert à rien de s’agiter et de faire des effets de manches pour être remarqués. Le plan de travail a été annoncé au congrès d’Aubervilliers : d’abord, on tire le bilan du passage de la gauche au pouvoir et ensuite, on travaille sur le projet. 
Dans le Finistère, le bilan du dernier quinquennat a été tiré au Conseil fédéral qui s’est tenu le 8 décembre dernier à Carhaix.
« Or, maintenant que nous avons tiré les leçons du passé, nous pouvons nous tourner vers l’avenir », annonce Arnaud Platel, secrétaire fédéral au Breis et au projet. En effet, l’une des leçons que les socialistes du Finistère ont tiré est que pour être efficace au pouvoir, il faut avoir réfléchi dans l’opposition. C’est donc maintenant que l’avenir se prépare.
Sur quels sujets ? Pour le secrétaire fédéral au projet, la question de la décentralisation constitue un bon exemple du travail d’anticipation que peut effectuer la Fédération du Finistère. D’une part, parce que la Bretagne a toujours été à la pointe de l’innovation sur ces questions et, d’autre part, car ce sujet, complexe, doit être préparé.
C’est précisément ce travail qu’Arnaud Platel et Étienne Westphal ont entamé en publiant une note à ce propos sur le site du Think tank L’Hétairie.
Les deux auteurs de cette note rappellent qu’en 2017, le candidat Macron a annoncé un « Pacte girondin » au profit des collectivités territoriales. « Réceptifs à cette annonce, la majeure partie des élus locaux approuvèrent ce message », précisent-ils. 
Une fois élu président de la République, Emmanuel Macron a institué le « droit à la différenciation » en moteur de sa vision de la décentralisation l’inscrivant dans son projet de loi constitutionnelle dont la discussion a été ajournée. 
Toutefois, selon les auteurs et en l’état actuel de sa rédaction, ce texte ne répond pas à ce défi démontrant par là même que le président de la République ne semble pas prendre la mesure des attentes à ce sujet. Attentes qui plaident pourtant pour une autonomie accrue accordée aux collectivités territoriales, leur donnant l’opportunité d’adapter les normes qui le nécessitent à la réalité de leurs territoires.
Bien d’autres sujets feront l’objet de réflexions...
 
Article publié dans le Cap Finistère n°1255 du 25 janvier 2019
 



Partager Publier sur twitter