Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > vie du parti
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
dimanche 8 décembre
Des pratiques injustifiables
À l’initiative des sénatrices Maryvonne Blondin, Annick Billon et Marta de Cidrac, membres de la délégation aux Droits des femmes, le Sénat a adopté à l’unanimité, le jeudi 14 mars 2019, une proposition de résolution pour soutenir la lutte contre le mariage des enfants, les grossesses précoces et les mutilations sexuelles féminines. 
Ce texte, co-signé par près de 130 sénateurs et sénatrices, fait suite à des travaux entrepris par la délégation depuis 2018 sur l’excision, les mariages forcés et les grossesses précoces. Les statistiques sont en effet édifiantes : toutes les sept secondes dans le monde, une jeune fille de moins de 15 ans est mariée, toutes les quinze secondes, une fillette ou une femme est excisée, une fille sur cinq met au monde son premier enfant avant l’âge de 18 ans, 70 000 décès sont causés chaque année par les grossesses et accouchements précoces, les complications liées à la grossesse et à l’accouchement sont la deuxième cause de décès dans le monde pour les jeunes filles de 15 à 19 ans. 
Pour Maryvonne Blondin, « l’ampleur des conséquences, tant physiques que psychiques, est effroyable pour les victimes. L’excision est bien une torture exercée à l’encontre des femmes, visant à nier l’existence même de leur corps, de leur sexualité et de leur être tout entier ». Citant les mots d’une victime entendue par la délégation pendant ce travail d’enquête de plusieurs mois : « C’est être vivante et morte à la fois ». 
Maryvonne Blondin s’est émue de pratiques qui menacent des élèves des établissements scolaires français, plus particulièrement lors de congés dans le pays d’origine de leur famille où elles risquent d’être excisées puis mariées de force. 
La délégation aux Droits des femmes se félicite que le Sénat, par le nombre des co‑signataires de ce texte et par son vote à l’unanimité lors de la séance du 14 mars, manifeste un signal fort de sa mobilisation contre des pratiques que ne saurait justifier aucune tradition.
 
Article publié dans le Cap Finistère n°1263 du 22 mars 2019
 



Partager Publier sur twitter