Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > articles
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
jeudi 3 décembre
De cette réforme-là, on n’en veut pas !
Depuis début décembre, les socialistes sont mobilisés, aux côtés des forces sociales, pour s’opposer à la réforme des retraites. 
Aujourd’hui, après avoir exclu toute réforme paramétrique, le gouvernement prétend que la réforme serait nécessaire pour garantir la viabilité financière de notre système de retraites. « C’est faux ! », dénonce Vincent Duchaussoy, secrétaire national aux Questions sociales. « Le gouvernement organise lui-même les déficits qu’il prétend vouloir combler (non compensation des allègements de cotisations, gel du point d’indice, etc.) 
En réalité, la pérennité du système, à moyen terme, est assurée. Mieux, grâce au fonds de réserve constitué par Lionel Jospin ou aux réserves des régimes complémentaires (150 milliards d’euros au total) des marges de manoeuvre existent. D’autres financements peuvent aussi être recherchés (taxe sur les transactions financières, contribution des hauts revenus). » 
Le 14 novembre, à l’invitation de l’union locale CGT de Brest, Catherine Perret, secrétaire nationale du Syndicat et membre de la délégation en charge des discussions avec le gouvernement, a animé une réunion publique. 
 
« La retraite ne doit pas être un temps sacrifié de notre vie. » 
 
« Notre système est né en 1945, du conseil national de la Résistance. Dans le secteur privé, il n’existait aucune obligation pour les salariés mais certaines professions, comme les marins, les cheminots ou les mineurs s’étaient déjà organisées, parfois depuis très longtemps. D’où l’origine de “ régimes spéciaux ” », a expliqué Catherine Perret. 
Avant même que le premier ministre ne le confirme, Catherine Perret avait annoncé des mesures visant à repousser l’âge de départ à la retraite. En effet, il ressortait des discussions entre Jean-Paul Delevoye et les organisations syndicales que l’objectif final du gouvernement était de limiter à 14 % la part du PIB consacrée aux retraites, quel que soit le pourcentage de retraités dans la population. 
Les grèves qui touchent plusieurs entreprises du pays sont la conséquence de l’impasse dans laquelle le gouvernement plonge la France avec une réforme dont chacun a compris qu’elle n’améliorerait pas sa vie au moment de sa retraite. 
Notre système de retraites est notre bien commun, nous devons le préserver et l’améliorer. C’est pour cela que le Parti Socialiste demande au gouvernement de prendre en compte, notamment, la pénibilité au travail, que la gauche avait instaurée pour un quart des Français et qui a largement été amputée en 2017, les carrières discontinues et la nécessaire évolution des retraites des femmes. 
Les socialistes défendent en somme l’idée d’une retraite en bonne santé égale pour toutes et tous, que l’on soit ouvrier, cadre ou dirigeant. La retraite ne doit pas être un temps sacrifié de notre vie. 
Le 14 novembre, Catherine Perret avait annoncé un mouvement long et difficile. Sur ce point-là non plus, elle ne s’était pas trompée…

 

Article publié dans le Cap Finistère n°1293 du 20 décembre 2019 
 



Partager Publier sur twitter