Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > vie du parti
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
lundi 22 juillet
« C’est le moment d’adhérer au PS »
Les petits ruisseaux font les grandes rivières… Depuis quelques semaines, dans le Finistère, le Parti Socialiste enregistre de nouvelles adhésions dans plusieurs sections. 
« On ne peut pas rester seuls dans notre coin alors que la situation politique, économique, sociale et environnementale du pays, mais aussi de l’Europe et du monde devient chaque jour plus tendue », expliquent-ils en substance, même si les mots et les expressions changent.
Sympathisants de longue date pour la plupart d’entre eux, ils n’avaient jamais eu l’occasion de rejoindre le PS.
Arnaud, de la section des Abers, travaille dans le secteur médical. Pour lui, c’est surtout la montée de la précarité et la déshumanisation, qu’il constate chaque jour dans l’exercice de son métier, qui l’ont poussé à adhérer.
On ne se réveille pas un jour en se disant : « Tiens je prendrai bien ma carte au Parti Socialiste », sans avoir auparavant eu, d’une manière ou d’une autre, un lien avec les combats de la gauche. Originaire de Lorraine, Ronan Le Berre, de la section du Relecq-Kerhuon, est représentatif de ces nouveaux adhérents qui ont décidé de franchir la porte du PS. « J’ai été élevé au sein d’une famille de gauche, socialiste non encarté et CFDtiste. Nous avons vécu en Lorraine à l’époque où cette région était en grande majorité rose.Je me suis un peu perdu lors de la dernière Présidentielle et pour éviter un second tour Droite/Extrême droite », reconnaît le nouvel adhérent. « J’ai voté Macron aux deux tours. Je suis donc, ce que j’appelle “ Un Cocu de Gauche ” ».
Yvonne Delemotte, nouvelle adhérente du Guilvinec, a exercé des responsabilités syndicales au sein de la CFDT habillement. « Face à la montée des populismes, je ne pouvais pas rester spectatrice », explique-t-elle.
Qu’attendent les nouveaux adhérents du PS ? « Des analyses pour comprendre le monde et la société », répond Ronan Le Berre. « Le PS doit comprendre qu’il est en phase de reconstruction. J’attends donc qu’il apporte des réponses aux défis d’aujourd’hui et qu’il ne soit pas trop nostalgique. »
« Il faut être attentif à l’accueil des nouveaux adhérents », prévient Florence, adhérente de Brest Rive Gauche. « C’est bien de nous remettre des documents sur l’histoire ou le fonctionnement du PS, mais rien ne remplace le contact personnel ».
Et il faut aussi que les secrétaires de sections, qui pour la plupart sont des adhérents de longue date et connaissent les codes du parti se mettent à la place de ceux qui ne disposent pas du même niveau d’informations. Tout le monde n’est pas obligé de bien saisir les différences et les subtilités qui existent entre le bureau, le secrétariat ou le conseil fédéral pour être un adhérent déterminé et motivé.
 
Article publié dans le Cap Finistère n°1252 du 21 décembre 2018
 



Partager Publier sur twitter