Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > vie du parti
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
mardi 10 décembre
Adjoint à l’action culturelle
Nous venons d’apprendre la disparition de Gaby Le Bot, grand militant de l’éducation populaire et de la culture. 
Originaire de Douarnenez, Gaby Le Bot commença sa vie professionnelle en étant mousse sur un bateau de pêche à la langouste. Militant à la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne) il en devint un permanent national, puis il reprit ses études pour devenir électricien. 
Après son service militaire en Algérie, il est nommé directeur du Foyer des Jeunes Travailleurs (FJT) de Brest, en 1959. 
C’est à cette occasion qu’il rencontre et noue des liens très forts avec Francis Le Blé qui était à l’époque président de la CAF. Ils partageaient les mêmes convictions de Gauche et participèrent à la déconfessionnalisation de la CFTC et de la création de la CFDT. Élu à Brest en 1977 sur la liste de Francis Le Blé, il fut adjoint à l’action culturelle jusqu’en 1983 puis conseiller municipal d’opposition de 1983 à 1989. 
« Il était un grand militant de la promotion de la culture populaire », se souvient Pierre Maille. 
« Francis Le Blé a tenu à ce que la délégation d’adjoint à la culture soit plutôt d’action culturelle, prenant en compte les associations d’éducation populaire, tout comme les instruments habituellement désignés comme lieux culturels : école de musique, des Beaux- Arts, bibliothèques, musée ou Palais des Arts et de la Culture (PAC) », se souvenait Gaby Le Bot, dans le Cap Finistère magazine consacré à Francis Le Blé, en 1999. 
Son mandat d’adjoint fut marqué par un bouillonnement d’idées, comme l’installation d’un cirque place de la Liberté et le renforcement et l’indépendance des structures de quartiers. « Il avait toujours le souci de l’éducation populaire », insiste Pierre Maille. « À la fois dans ses fonctions d’adjoint mais aussi en tant que directeur du FJT, il cherchait en permanence à donner aux citoyens les moyens de se former et d’apprendre ». 
On lui doit la création de l’Auberge de jeunesse du Moulin blanc, la démocratisation de la culture dans les quartiers et la transformation du PAC (l’ancêtre du Quartz) en Maison de la culture.
 
Article publié dans le Cap Finistère n°1272 du 31 mai 2019



Partager Publier sur twitter