Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > articles
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
jeudi 6 août
Abonnés absents
En 2017, plusieurs observateurs avaient pointé du doigt l’inexpérience des candidats LREM aux Législatives, notamment dans le Finistère. Commentaires de jaloux qui n’avaient pas compris que nous étions entrés dans le nouveau monde, avait-on entendu à l’époque. Et pourtant… c’est au pied du mur qu’on voit le maçon et c’est dans la tempête qu’on distingue les capitaines des marins d’eau douce. 
Pour une réforme aussi importante que celle de notre régime de retraites, on aurait pu penser que les député.es de la majorité seraient en première ligne. Alors, regardons l’activité des député.es sur Twitter le 11 décembre. 
À Quimper, Annaïg Le Meur est clairement en campagne pour les élections municipales mais elle a tout de même retweeté quelques passages du discours d’Édouard Philippe tout comme son homologue de Brest, Jean-Charles Larsonneur, qui a suivi le discours du premier ministre depuis New York. 
Didier Le Gac, lui, pose des premières pierres mais ne relaie aucune information sur le projet de réforme des retraites. Tout comme sa voisine, Graziella Melchior qui ne communique que sur la loi anti-gaspillage. Liliana Tanguy, quant à elle, était plus mobilisée sur la candidature de la Torche pour l’épreuve de surf aux Jeux Olympiques. La députée de la 7e circonscription s’est contentée de partager la vidéo du discours du premier ministre devant le conseil économique, social et environnemental. 
Erwan Balanant, lui, ne s’est même pas donné la peine de retweeter le compte du premier ministre préférant communiquer autour de sa mission sur la lutte contre le harcèlement à l’école. En fait, la seule à avoir, un peu, soutenu ce projet de réforme est Sandrine Le Feur qui a non seulement partagé la vidéo du discours d’Édouard Philippe, mais qui a même live-tweeté son intervention en direct. 
Comment ce gouvernement peut vouloir imposer un projet alors que l’ensemble des organisations syndicales le rejettent et que les député.es de sa propre majorité ne le défendent même pas ou alors du bout des doigts ?
Article publié dans le Cap Finistère n°1293 du 20 décembre 2019 




Partager Publier sur twitter