Accueil > Actualités de la fédération > articles cap Finistère > articles
LES BLOGS
SOCIALISTES
Tous les blogs
RECHERCHE
dimanche 8 décembre
15 jours pour convaincre !
 
 Trente-trois listes se présenteront donc aux suffrages des électeurs le 26 mai prochain. Difficile dans ces conditions, pour les électrices et les électeurs, de s’y retrouver. D’autant que tout est fait pour limiter ce scrutin à un duel entre l’Extrême-droite et les libéraux d’En Marche qui seraient le seul rempart pour les empêcher d’arriver en première position. Faute de programme, Nathalie Loiseau ne peut jouer que sur la peur.
Mais l’enjeu du 26 mai n’est pas de savoir quelle liste arrivera en tête en France, mais bien de bâtir une majorité de gauche au Parlement européen où le groupe des socialistes européens et celui de la droite du PPE se disputeront la première place. Car la réalité du rapport de forces européen est bien celle-là.
Le débat européen doit s’organiser autour des engagements que portent les candidats lorsqu’ils siégeront à Strasbourg. Et la première question qu’il faut leur poser est : quel sera votre vote, au mois d’octobre lorsque vous devrez vous prononcer sur le projet de budget présenté par la commission ? 
« Pour notre part, nous avons déjà annoncé qu’en l’état, nous voterons contre », a fermement rappelé Forough Salami-Dadkhah, à Quimperlé le 3 mai. 
C’est bien sur ce choix que doit porter le débat européen. Car le vote en faveur du projet de la commission aura des conséquences très concrètes pour les Européens. Le départ de la Grande Bretagne de l’Union se traduira par une baisse de 10 milliards d’euros dans le budget. En parallèle, les états membres refusent catégoriquement d’augmenter leur contribution alors que de nouvelles dépenses, notamment en matière de sécurité, doivent être assumées. 
Les principales coupes budgétaires interviendront dans le budget de la Politique Agricole Commune. « Or, et nous le savons bien en Bretagne, les fonds européens en particulier ceux du deuxième pilier de la PAC, servent à accompagner les agriculteurs dans leur transition vers le bio ou à l’installation des jeunes », a insisté Forough Salami-Dadkhah. Les fonds de cohésion qui participent notamment à l’insertion des demandeurs d’emploi connaîtraient aussi des coupes sombres. 
« Nous, au PSE, nous voterons contre cette proposition mais surtout, nous poursuivrons notre combat pour que l’UE se dote d’un véritable budget, à la hauteur de ses ambitions », a rappelé la candidate. 
Il ne reste que quinze jours pour, enfin, parler d’Europe et des vrais enjeux : qui, de la gauche, autour du PSE et des écologistes, ou de la droite, autour du PPE, avec les libéraux ou les populistes, parviendra à créer une majorité au sein du Parlement ? Tout le reste, comme savoir si la liste LREM arrivera ou non avant la liste RN en France, n’aura aucune importance lorsque les parlementaires européens commenceront à siéger.
 
Article publié dans le Cap Finistère n°1269 du 10 mai 2019
 



Partager Publier sur twitter